Partner organisation logos
Les organisations partenaires:
Financé par l’intermédiaire d’une subvention pour l’éducation de Reckitt Benckiser Pharmaceuticals.

 

Entretien motivationnel

La technique d'entretien motivationnel est une forme d'accompagnement qui aide à vous motiver pour améliorer votre vie en établissant des objectifs, des plans et en procédant à des changements dans votre comportement. Depuis 2005, un programme intitulé KISS (Kompetenz im Selbstbestimmten Substanzkonsum, c.-à-d. Réduction de l'utilisation de substance déterminée de façon autonome), a utilisé ces techniques en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Dans le programme KISS, des professionnels de l'addiction ayant suivi une formation entendent donner aux utilisateurs de drogues qui rencontrent des difficultés pour rester complètement abstinents, le pouvoir de réduire leur consommation de drogues légales ou illégales. Pendant 12 sessions hebdomadaires, individuelles ou en groupe, des éléments tels que la tenue d'un journal de consommation, l'établissement d'objectifs hebdomadaires et l'identification et l'affrontement de situations à haut risque, sont abordés. Il a été démontré que le programme KISS aide les personnes dépendantes aux drogues à réussir à réduire leur consommation de drogue et à procéder à des améliorations dans leurs vies. Des programmes similaires peuvent exister dans votre région. Si ce type de soutien vous intéresse, vous devriez en discuter avec votre médecin.

Thérapie comportementale cognitive

La thérapie comportementale cognitive (TCC) se concentre sur l'identification des éléments déclencheurs de la consommation de drogue et vous aide à apprendre comment les éviter. Elle vous enseigne également les compétences nécessaires pour faire face aux problèmes et les résoudre, pour vous aider à arrêter de consommer des drogues. Il a été démontré que la TCC aide les personnes à contrôler leur consommation de drogue, ou même à devenir abstinentes. Si participer à une TCC vous intéresse, vous devriez en discuter avec votre médecin.

Traitement sans médicament

Homme intéressé par une solution de traitement non-médicamenteux

Si vous êtes déterminé à arrêter votre consommation de drogue rapidement ou si vous souhaitez ne pas prendre de médicament pendant cette phase de traitement, vous pouvez suivre un parcours de traitement sans médicament.

Il ne s’agit pas toujours d’un sevrage brutal, car il existe plusieurs options pour vous aider à gérer le sevrage et les sensations de manque tout en maintenant votre objectif d’abstinence des drogues. Certaines de ces options sont des cures de sevrage en milieu fermé, et d’autres sont des traitements psychologiques ambulatoires (par exemple, l'entretien motivationnel ou le TCC) et d’autres encore  un soutien apporté par des pairs via des programmes en 12 étapes tels que celui des Narcotiques Anonymes. Vous n’avez pas à limiter votre choix à une seule option. Beaucoup de personnes reçoivent en même temps un soutien provenant de diverses sources.

Réhabilitation
Les programmes de réhabilitation avec hospitalisation constituent une option classique. Ils conviennent à des personnes susceptibles de mettre entre parenthèse pour un moment leur vie quotidienne. Ils permettent généralement de prendre un certain recul, et de reprendre le contrôle de votre vie. Il s’agit de retrouver un équilibre fondé sur des règles et une tolérance zéro vis-à-vis de la consommation de toute drogue. Cette méthode peut s’avérer décourageante pour certaines personnes.

Traitement psychosocial en clinique externe
L’accompagnement n’est généralement pas proposé comme traitement unique, mais il a été démontré qu’il apporte une grande différence pour parvenir à une abstinence réussie. Dans certains établissements spécialisés, les psychiatres font aussi appel à une gamme de thérapies telles que la technique d’entretien motivationnel ou la thérapie comportementale cognitive. Certains services de traitement traditionnels peuvent aussi proposer des psychanalyses ou d’autres types de psychothérapie classiques.

Sevrage rapide à l’aide de méthodes naturelles
La personne qui opte pour une cure de sevrage rapide à l’aide de méthodes naturelles n’est pas  simplement livrée à elle-même pour combattre le manque. Il s’agit d’un traitement à part entière. Selon l’établissement, de l’acupuncture ou des massages peuvent être proposés pour traiter les symptômes de sevrage. L’homéopathie, la naturopathie, des soins nutritionnels ou des soins de tradition orientale peuvent également être utilisés. Jusqu’à présent, ces méthodes n’ont pas été testées cliniquement, il n’y a dès lors pas de preuves scientifiques de leur efficacité Globalement on peut tout de même avancer que ces interventions obtiennent généralement de moins bons résultats sur le long terme que les traitements en continu.

Homéopathie / phytothérapie
Des herbes, extraits et minéraux, parfois fortement dilués, sont utilisées pour aider le corps à éliminer les substances dont il est dépendant. Les symptômes de sevrage sont toujours ressentis, mais les «traitements» permettraient une accélération du processus d’élimination.

Soins nutritionnels
L’approche nutritionnelle se base sur une théorie qui préconise la consommation de fruits et légumes naturels, des jus et des soupes, pour aider à être sevré naturellement sevré. Il ‘agit d’une cure rapide  effectuée une période de temps restreinte. Des exercices et des compléments alimentaires sont ajoutés pour tenter de réduire la gravité des symptômes de sevrage.

Naturopathie
La méthode naturopathe est un prolongement de l’approche nutritionnelle et se fonde sur l’idée que le corps peut se guérir lui-même. La personne vit dans un environnement sain (ouvert, naturel, positif), d’une façon saine (en pratiquant la marche, la natation, en étant au grand air); elle s’alimente bien et reçoit des massages ou de l’acupuncture.

Soins orientaux / soins traditionnels
L’approche orientale combine les autres méthodes décrites ci-dessus afin de traiter le corps, l’esprit et l’âme. Les herbes et extraits sont associées à un régime alimentaire et une activité physique. Le yoga, la méditation et l’acupuncture sont communément utilisés, de même qu’un travail psychologique d’introspection. D’autres techniques basées sur les médecines traditionnelles africaine ou amérindienne, telles que l’iboga et l’ayahuasca, utilisent des drogues aux effets hallucinogènes pour contrôler les symptômes de sevrage, mais il y a peu de preuves de leur efficacité.

Conseil de sécurité
Lorsque vous cessez de consommer de l’héroïne ou des opiacés, votre tolérance aux opiacés baisse. Attention si vous essayez de recommencer à consommer, vous êtes en danger d’overdose. Des personnes sont mortes après avoir effectué une cure de sevrage sans médicament qui a réduit leur tolérance, puis ont re consommé de l’héroïne à la dose qu’elles prenaient auparavant. En fait, même des doses plus faibles se sont révélées fatales après la baisse de la tolérance. Si vous avez des difficultés pour rester abstinent, il peut être plus sûr de discuter avec votre médecin d’une évolution vers un traitement médicamenteux, que cela soit en entretien ou en prévention de la rechute.

Conseil pour réussir
Quelle que soit l’option que vous choisissez, il vaut toujours mieux discuter des options avec votre médecin ou votre conseiller pour concevoir le traitement qui vous convient le mieux. Souvenez-vous que la dépendance à l’héroïne et aux opiacés est une pathologie chronique récidivante, et que les reculs sont chose courante, notamment lorsque l’on essaie un sevrage aux opiacés sans assistance médicamenteuse. En fait, la littérature scientifique internationale montre que les patients qui recevaient un traitement médicamenteux plus souvent sont susceptibles d’arrêter l’abus de drogues et de respecter le traitement.